mercredi 17 avril 2013

Le jeu de l'ange. Zafon s'essouffle-t-il ?

de Carlos Ruiz Zafon

A chaud, difficile de trouver les mots pour parler de ce livre...

Un roman qui m'a pour le moins laissée perplexe. J'ai d'abord eu du mal à me plonger dans l'histoire, me demandant sans cesse où l'auteur souhaitait me conduire. Un début de lecture un peu poussif pour finalement, à la moitié du livre, me laisser subitement happée par l'intrigue ! A partir de cet instant, j'ai englouti les pages et suis venue à bout de l'ouvrage en deux soirées.

Au carrefour du roman policier, fantastique et sentimental,
Carlos Ruiz Zafon réalise un exercice d'écriture de haute voltige ! Il s'amuse à mélanger les genres et à surprendre constamment le lecteur, au risque de le laisser parfois sur le bord de la route. Mais tout ça reste purement subjectif et n'est qu'histoire de goût. J'imagine que mon esprit un peu trop rationnel m'a empêché de profiter pleinement de ce roman.
 
Nous voilà donc immergés dans la Barcelone des années 1920 où David, jeune écrivain talentueux et tourmenté, peine à se faire connaître du grand public jusqu'au jour où il reçoit l'offre alléchante d'un mystérieux éditeur. 100 000 pesetas - et peut-être plus encore - pour écrire un livre unique, une histoire qui pourrait bien changer le cours de l'humanité, "une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués". Alors que David se lance corps et âme dans l'écriture de ce roman, toutes les personnes qui l'entourent, amis et ennemis, disparaissent dans des circonstances tragiques. En cherchant la vérité, David finit par se demander s'il n'aurait pas vendu son âme au diable en acceptant de pactiser avec cet éditeur aux traits inquiétants...
 
Dans un premier temps, j'ai eu du mal à m'attacher réellement aux personnages, à part peut-être au vieux libraire, M. Sempere, qui fait figure de grand sage et de père protecteur pour notre jeune écrivain égaré.

David, quant à lui, est difficile à cerner. Tantôt émouvant, tantôt inquiétant, il a l'art de prendre les mauvaises décisions et d'envenimer sa situation, pareil au prisonnier de sables mouvants qui ne cesse de se débattre sans comprendre qu'il précipite l'instant fatidique.
 
Puis Isabella débarque dans la vie de David. Fraîche comme un bouton de rose, tourbillonnante et décoiffante, la jeune fille tente, à sa façon, de sauver David de ses démons.
 
En conclusion, ce roman ravira les amateurs de fantastique un brin gothique ainsi que d'autres à l'esprit moins cartésien que le mien ! Quant à moi, je dois admettre que ce roman ne m'a pas laissée indifférente. Si je n'ai pas toujours été réceptive au déroulement de l'intrigue, je n'en ai pas moins savouré l'écriture et le style de Carlos Ruiz Zafon. Une expérience à tester de nouveau, avec L'ombre du vent, l'un de ses best-sellers.

A DECOUVRIR AUSSI :
*** L'ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon
*** Le symbole perdu, de Dan Brown
 
 

2 commentaires:

  1. J'avais adoré Marina, j'ai hâte de me faire un avis sur celui-ci... C'est vrai que l'univers est très particulier! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le 1er Zafon que je lis et malgré un avis mitigé, je compte bien ne pas en rester là et lire L'ombre du vent ! Tu l'as lu ?

      Supprimer

La marche à suivre pour poster votre commentaire :
1) Rédigez votre commentaire dans la zone de texte
2) Si vous n'avez pas de compte Google, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo grâce au menu déroulant "Commentaire" -> Nom/URL
3) En cliquant sur le lien "S'abonner par e-mail", vous serez prévenu(e) par mail en cas de réponse
4) Et enfin, publiez !

Le commentaire apparaîtra après modération.

Et surtout, MERCI pour votre visite !!!
A très bientôt !