jeudi 15 août 2013

Bataille de chats, to read or not...

de Eduardo Mendoza

Et bien voilà, c'est fait. Mon premier abandon de l'année. Pourtant, Dieu sait que j'ai essayé ! J'ai même suspendu ma lecture pendant quelques jours puis l'ai reprise plus tard. Mais finalement, à la page 272, j'ai jeté l'éponge.
L'aventure avait pourtant bien commencé. Anthony Whitelands, expert britannique en peinture, débarque à Madrid pour expertiser un Vélasquez inconnu chez le duc de la Igualada. Mais à la veille de la guerre civile espagnole, le jeune expert tombe mal et peut être sûr qu'ils seront nombreux à lui mettre des bâtons dans les roues. Fascistes, démocrates, communistes... tous veulent récupérer cette œuvre d'art.

Bien que j'aie été plutôt attirée par l'univers artistique du livre, Eduardo Mendoza m'a vite perdue sur le bord du chemin. Est-ce parce que je n'y connais pratiquement rien à l'histoire espagnole et aux enjeux de sa révolution ? Certainement. Mais pas que. Anthony Whitelands, le personnage principal, ne m'a pas inspiré grand chose. Ni sympathie, ni empathie. Il m'a même plutôt agacée et je me suis souvent interrogée sur les motivations de ses agissements. Le pauvre garçon a le chic pour se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Et cela en devient épuisant, agaçant.
Enfin, arrivée à une bonne moitié du bouquin, je n'ai toujours pas saisi le but de l'intrigue, les enjeux de cette chasse au Velasquez ni les mystères qui entourent certains personnages.
Bref, déçue...

A DECOUVRIR AUSSI :
*** Un monde sans fin, de Ken Follett
*** Une fille, qui danse, de Julian Barnes

9 commentaires:

  1. Aïe, c'est parfois le souci des traductions, je pense que Mendoza est plus sympa à lire en espagnol, j'espère que tu n'auras pas la même déception avec 100 ans de solitude car en VO il vaut vraiment le coup, après faut voir la qualité de la trad.
    PS: tu as fait une faute à Eduardo! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me rends compte que c'est difficile d'avoir de bonnes traductions... J'appréhende 100 ans de solitude... nous verrons.
      Oups, désolée pour le EdOuardo à la française...! ^^

      Supprimer
  2. C'est vrai que les traductions faussent parfois tout cela. L'univers de Mendoza est très particulier en plus. Moi je suis fan (en VO) des aventures de son "enquêteur" fou. Je crois qu'en français les titres sont "le mystère de la crypte ensorcelée', et "le labyrinthe des olives" ou quelques chose comme clea (au total, il y en a 4). Peut-être que ça te réconciliera avec Mendoza!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire !
      Je ne m'avoue jamais vaincue dès le premier revers... tu me convaincs donc d'en tester d'autres. Je me ferai ensuite une opinion !
      A bientôt :)

      Supprimer
    2. Mendoza a un univers très riche et très varié. C'est un auteur touche à tout, et ça peut déstabiliser...

      Supprimer
    3. C'était ma 1ère expérience mais je suis une persévérante, et tu m'as mis l'eau à la bouche avec Le mystère de la crypte... ! Donc je retenterai l'aventure !

      Supprimer
  3. toujours pas corrigé... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! Je voulais laisser la saveur de la version originale... comme la magie du direct à la TV, tu vois !!! Allez, je corrige, et on en parle plus ! Merci d'être venue faire un tour ma Didine :) Suis en pleine rédaction de 100 ans de solitude...

      Supprimer
  4. ahah merci :-) bonne inspiration à toi pour la rédac!

    RépondreSupprimer

La marche à suivre pour poster votre commentaire :
1) Rédigez votre commentaire dans la zone de texte
2) Si vous n'avez pas de compte Google, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo grâce au menu déroulant "Commentaire" -> Nom/URL
3) En cliquant sur le lien "S'abonner par e-mail", vous serez prévenu(e) par mail en cas de réponse
4) Et enfin, publiez !

Le commentaire apparaîtra après modération.

Et surtout, MERCI pour votre visite !!!
A très bientôt !