jeudi 8 août 2013

L'Ombre du vent, pour se réconcilier avec Zafon

de Carlos Ruiz Zafon

J'ai découvert cet auteur grâce à mon-amoureux-qui-ne-lit-pas-mais-qui-m'offre-de-jolis-bouquins - oui, bientôt célèbre dans ce blog ! ;) -, à travers les pages du Jeu de l'Ange que j'avais accueilli avec tiédeur. Séduite par le décor et l'écriture un brin magique de Zafon, j'avais toutefois été déçue par le déroulement d'une intrigue quelque peu scabreuse et par des personnages un peu ternes à mon goût. Restée sur ma faim, Zafon m'avait quand même ouvert l'appétit et j'attendais l'occasion de me lancer à nouveau dans l'une des ses aventures barcelonaises. Et l'Ombre du vent fut un petit délice...


Dans une Barcelone ravagée par la guerre, le petit Daniel Sempere, fils de libraire, découvre avec émerveillement l'existence du Cimetière des livres oubliés où "les livres dont personne ne se souvient, qui se sont évanouis avec le temps, continuent de vivre en attendant de parvenir un jour entre les mains d'un nouveau lecteur, d'atteindre un nouvel esprit". En ouvrant L'Ombre du vent, dernier ouvrage encore existant de Julian Carax, auteur disparu dans de mystérieuses circonstances, Daniel ignore que sa vie s'en trouvera à jamais bouleversée. Envoûté par ce livre et fasciné par le magnétisme de cet auteur depuis longtemps volatilisé dans l'oubli, Daniel se met en tête de découvrir le secret qui enveloppe l'histoire de L'Ombre du vent.
 
Tous les ingrédients de Zafon sont là : une Barcelone inquiétante, froide et brumeuse qui abrite des personnages troubles aux allures fantasmagoriques. Une intrigue haletante, de sombres mystères, de terribles douleurs mais par dessus tout, des amours déçues et des anges déchus.  Une fois de plus, fidèle à son style si particulier, Zafon réalise un merveilleux numéro d'équilibriste en conduisant son lecteur sur la piste du polar romantico-fantastique et n'oublie pas, cette fois-ci, de saupoudrer le tout d'une bonne dose d'humour et de douceur. Avec Fermin, l'ami inconditionnel de Daniel, Zafon m'a fait rire et m'a souvent réchauffé le cœur.
 
En bref, une lecture proche du coup de cœur. Vivement le prochain Zafon ! 


ATTENTION toutefois à ne surtout pas lire l'édition France Loisirs, parsemée d'erreurs en tout genre : fautes de frappes, majuscules en milieu de phrases, inversions de lettres, fautes d'accords et j'en passe ! Un nombre impressionnant d'erreurs qui m'ont amenée à m'interroger sur la qualité même de la traduction. Comment un éditeur peut-il laisser passer autant de fautes et qui plus est, dans un si bel ouvrage ? J'ai pesté plus d'une fois !
Un Instant Lecture dans le cadre de Nos Lectures Communes
 
 
A DECOUVRIR AUSSI :
*** Le jeu de l'Ange, de Carloz Ruiz Zafon
*** Le symbole perdu, de Dan Brown

2 commentaires:

  1. Ah c'est vrai qu'il y a Firmin pour tout dédramatiser et apporter une touche d'humour :) J'ai l'impression de reconnaître mes impressions de lecture dans ton avis =D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est adorable ce Firmin ! As-tu lu d'autres Zafon ? J'aimerais en connaître davantage de cet auteur !
      Et toi, que lis-tu ces jours-ci ?

      Supprimer

La marche à suivre pour poster votre commentaire :
1) Rédigez votre commentaire dans la zone de texte
2) Si vous n'avez pas de compte Google, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo grâce au menu déroulant "Commentaire" -> Nom/URL
3) En cliquant sur le lien "S'abonner par e-mail", vous serez prévenu(e) par mail en cas de réponse
4) Et enfin, publiez !

Le commentaire apparaîtra après modération.

Et surtout, MERCI pour votre visite !!!
A très bientôt !